UP Campus Inventons demain, ici et maintenant. Connexion
Eco village
Développement

“ Mon logement inscrit dans un hameau permissif assure ma ressource et permet le vivre ensemble „

Le logement possède t-il en lui-même des solutions pour avancer vers la transition écologique?

 

Voici exprimées en cinq points les réponses obtenues dès 2011.

 

- le logement est très  économique en gestion; plus d'outils de production, plus  d'énergie à fournir, plus de maintenance, plus d’outils à renouveler, en chauffage en climatisation ou en ventilation mécanique -( 15 % du budget du ménage est reconstitué)-.

 

- le  logement est adossé  à un urbanisme permissif qui réduit les coûts de transports - ( 15 à 30 % du budget du ménage est reconstitué)-.

 

- le  logement est adossé à un urbanisme qualifié, le parcellaire  transversal de proximité croise les besoins et les savoirs faire de chacun . Le logement est inscrit dans un urbanisme  qui a capacité à générer de la ressource pour les usagers et , surtout, en capacité à générer de la ressource suivant les potentialités de chaque individu - (de 10 % à 100 % du budget du ménage est reconstitué)-.

Le logement n’est plus conçu uniquement comme un espace clos mais comme un mini territoire de ressources, l’habité. Ouvert sur la ressource et donc ouvert tout simplement.Ce mini territoire personnel peut être qualifié sur trois pôles qui se jouxtent, l’intime, le voisinage physique et le voisinage planétaire, je produis et je commerce , mon logement dispose des outils conséquents pour assurer la production (ou les services) et la commercialisation. Mes capacités personnelles ou celles de ma famille me permettent (ou ne me permettent pas) de m’adosser à cette production et à cette commercialisation. Peu importe mon interaction, je reste dépositaire des fragrances cognitives, des besoins premiers, inscrits dans le cadre bâtis physique qui m’entoure. Cette “capacité cognitive ” est la clef que nous avons inhibé dans notre irrésistible ascension vers la civilisation. Il est nécessaire de remettre en point d’éclosion cette capacité cognitive et de la traduire en clef de voûte dans le batis.

 

- Le logement est adossé à un urbanisme d'éclosion qui favorise  un effet buvard qui instille le bien-vivre ensemble sur la proximité du territoire. Un rapprochement générationnel et social qui est en adéquation avec le potentiel du territoire et qui diffuse ses effets sur sa périphérie. L’économie sociale et solidaire prends une expansion beaucoup plus globalisante car elle naît dans le cocon familial permissif et structuré avant de s’expanser dans le champ sociétal traditionnel (et non uniquement dans le champ associatif comme c’est souvent le cas aujourd'hui). Le point d’éclosion est en germe dans le champ familial intergénérationnel. Le cadre bâtis, parcellaire, permet d’infuser naturellement.

C'est possible .

 

- Le logement est  économique en investissement - le mode de production dispendieux du logement social disparaît, le secteur privé y trouve intérêt sociétal  , une saine rémunération du capital et un coût de production plus faible.

 

Si vous n'êtes pas convaincu par la véracité de ces réponses je vous propose de les prendre simplement en hypothèse de travail. Et je vous propose de faire progresser  le concept.

 

Au delà des réponses technologiques constituées que l’on peut analyser  et partager et visiter , il est une question essentielle qui paraît pure utopie mais qu’il est nécessaire de poser .

Une réponse très forte qui pourrait être porté pour le moins en hypothèse de travail.

Réfléchissons ensemble aux outils fondamentaux a créer ( ou simplement à réimprimer) pour effectuer la transition écologique.

Qualifions  un urbanisme sur des bases différentes.

Créons des points d'éclosion de quartier et l'effet buvard va imprégner la périphérie du territoire.

Regroupons nous pour étayer des projets d’éclosion vers la transition.

Lançons des projets écolo, des financements participatifs , des outils juridiques constituants et des lieux de vie , collaboratifs.

 

 Réunion Grand Débat  le 9 mars 2019 à 17h à l'hôtel Eco Logis Espace Bellevue Pyrénées à Séméac 65600. tel 0562362230

Tous les passionnés en recherche de solutions collaboratives sont les bienvenus.

Soupe paysanne et participation volontaire à 21h

Réfléchissons ensemble aux outils fondamentaux a créer ( ou simplement à réimprimer) pour effectuer la transition écologique.

Qualifions  un urbanisme sur des bases différentes.

Créons des points d'éclosion de quartier et l'effet buvard va imprégner la périphérie du territoire.

Regroupons nous pour étayer des projets d’éclosion vers la transition.

Lançons des projets écolo, des financements participatifs , des outils juridiques constituants et des lieux de vie , collaboratifs.

 

 

 

Vers une nouvelle écriture de la Démocratie participative.

Issue des outils positifs apportés par la civilisation et ancrée dans le cognitif collectif.

 

Démocratie participative à la conservation de la biodiversité.

Démocratie participative à l’accroissement du pouvoir d’achat.

Démocratie participative au bien vivre ensemble.

Démocratie participative à avancer depuis la base par accréditation progressive et douce de la Société actuelle qui autorise tout simplement et qui accompagne.

Démocratie participative à  établir une Vraie Démocratie représentative respectée.

 

Croissance sociale et décroissance sociétale.

 

caumont.jean-louis@wanadoo.fr



 

Je suis un figuier à Aureilhan, à l’intersection de quatre parcelles de Pavillons de banlieue ceins de maçonneries de 80 cm de hauteur d’agglomérés de ciment de 20x50x20 hourdés au mortier de ciment taloché fin chaperonné au fer à border et surmontés d’un grillage de 1.20m de hauteur galvanisé de 2.2mm de diamètre triple torsion enrobé de polyuréthane vert.

 

Mon tronc est sis dans la parcelle sud ouest mais mes racines parcourent les quatre azimuts.

 

Il est un figuier à Aureilhan qui depuis 40 ans, sans que l’homme contemporain n’y soit en rien, dispense en abondance et sans contrepartie ses figues aux quatre propriétaires contigus, nul ne les cueille sur l’arbre , nul même ne les regarde pourrir au sol, seul les insectes et les oiseaux y trouvent intérêt.

 

Je suis un figuier à Aureilhan et j’ai peur , j’ai peur qu’un jour même les insectes et les oiseaux ne viennent plus me raconter le bonheur de me butiner.

Le figuier.

 

Combien de millions de figuiers sur la planète à l’intersection de quatre parcelles de Pavillons de banlieue?

JeanLouis Caumont

 

 Réunion Grand Débat  le 9 mars 2019 à 17h à l'hôtel Eco Logis Espace Bellevue Pyrénées à Séméac 65600. tel 0562362230

Tous les passionnés en recherche de solutions collaboratives sont les bienvenus.

Soupe paysanne et participation volontaire à 21h

Ce que nous recherchons

Réseaux

Réseaux

Pistonez-moi !

Co-équipier(s)

Co-équipier(s)

Je cherche un partenaire de choc

Ressources financières

Ressources financières

Je suis fauché comme les blés

Conseils Web

Conseils Web

Depuis le Minitel tout va vraiment trop vite

Conseils en Com.

Conseils en Com.

Elle est pas belle mon affiche sur Paint ?

Galerie photos

Aucune photo n'a été postée pour le moment.

Qui suis-je ?

Étapes clés de Eco village

Eco village

01 JUIN 2019
Voir toutes les étapes clés

Annonces

Aucune annonce ne correspond à votre recherche.

Votre navigateur est obsolète !

Mettez à jour votre navigateur pour un affichage optimal. Mettre à jour votre navigateur

×