UP Campus Tomorrow is being built here and now. Log in
HopHopFood : solidarité via le don alimentaire
Getting started

“ Révoltés par le gaspillage alimentaire des particuliers ou mobilisés pour la solidarité alimentaire ? Une solution existe : HopHopFood ! „

http://www.hophopfood.org/

HopHopFood est à la croisée de l’économie circulaire, de l’économie du partage / collaborative / de plateformes et de l’économie sociale et solidaire :

Economie circulaire car la plateforme électronique HopHopFood participe du recyclage de nourriture et de la réduction du gâchis alimentaire des particuliers. Economie du partage car l’association HopHopFood a pour mission le partage de nourriture tout en créant des espaces de solidarité entre des populations qui ne se rencontrent pas. Elle participe aussi de l’économie de plateformes car son modèle de création de solidarité utilise une plateforme électronique. Elle participe enfin à l’économie collaborative car il s’agit bien d’une économie utilisant internet et des populations qui « collaborent » pour échanger de la nourriture. Economie sociale car HopHopFood est une association sans but lucratif, un des statuts traditionnels de l’économie sociale. Elle participe aussi de l’économie solidaire car elle vise à avoir un impact positif mesurable sociétal pour des populations fragiles.  

Notre ambition / projet est de créer des espaces de solidarité et d’échange alimentaires autour des personnes qui en ont besoin et entre ceux qui le souhaitent. L’utilisation d’une plateforme électronique lancée à l'automne 2017 n’en sera que le moyen indispensable, lequel permettra de lutter contre le gaspillage alimentaire des particuliers.

Contexte

Le gaspillage alimentaire provient à 53 % des particuliers (foyers) en poids (50 millions de tonnes) et 74 % en valeur (une centaine de milliards d’euros dans l’UE), lesquels gâchent donc très largement davantage que l’industrie alimentaire, la distribution et la restauration réunies ! Le plus important gisement de réduction du gaspillage réside donc bien dans les particuliers. Pourtant il n’existe aucun moyen organisé pour un particulier de donner gratuitement de la nourriture. HopHopFood souhaite combler ce vide.

Lorsque les ressources financières sont très contraintes, les dépenses alimentaires tendent à se réduire, surtout en fin de mois. Si les quantités peuvent être diminuées, les arbitrages favorisent aussi des aliments pauvres en vitamines et l’équilibre alimentaire est menacé. Des carences et davantage d’obésité sont souvent constatées. Une enquête de l’INCA en 2009 estimait que 12 % des foyers français sont en insécurité alimentaire. De plus, leur alimentation révèle une carence en fruits, légumes et poissons, trop chers. Dans le même temps, le gâchis alimentaire est une réalité qui ne cesse d’être dénoncée. Chaque année en France 10 millions de tonnes de déchets alimentaires sont produites (soit 317 kg par secondes) dont 6,5 millions par les particuliers (2 fois plus que les déchets de la restauration et la distribution réunies). 20 % ne sont pas périmés et souvent non entamés, soit 20 kg par Français et par an. Chaque foyer jette, en moyenne, pour 500 euros par an de nourriture encore consommable. Plus on monte du sud vers le nord de la France, plus le gâchis alimentaire des particuliers est important, et à Paris il est le triple de celui des autres régions. Voilà une source alimentaire existante qui pourrait contribuer à la solidarité entre particuliers !

Notre vision

Ces deux réalités du manque et du gâchis peuvent être vécues, notamment dans les grandes villes, à quelques mètres les unes des autres, d’une rue à l’autre, voire d’un étage d’immeuble à un autre. Notre approche est qu’il ne sert à rien de stigmatiser ceux qui ont moins et de culpabiliser ceux qui ont trop. C’est cette difficulté à rapprocher ces deux populations qu’il faut combattre.

La lutte contre le gaspillage alimentaire à travers des outils technologiques a suscité la création de nombreuses structures de type start-up, qui ont un business modèle fondé sur la commission lors du partage de l’alimentation, que ce soit en B to B, B to C ou C to C. Association sans but lucratif, notre véhicule statutaire est le plus adapté pour répondre aux défis d’une plateforme électronique d’échanges et de partage GRATUITS des particuliers.

Or on sait que le partage d’alimentation est un vecteur puissant de début de solidarité, notamment quand il se fait sans contrepartie monétaire, de manière désintéressée ! Ceci est d’ailleurs confirmé par le sondage Opinionway réalisé en octobre 2014 pour la Fondation Carrefour, UP et le Groupe SOS qui démontre que les Français ont envie de donner davantage de nourriture, comprennent que le don alimentaire peut permettre aux publics fragiles de recréer du lien social, globalement ne savent pas comment s’y prendre, et pour un gros tiers seraient prêts à utiliser une plateforme numérique. Ceci permet d’avoir les meilleurs espoirs pour notre initiative !

Notre objectif

HopHopFood permet de mettre en contact de façon extrêmement précise géographiquement ceux qui n’ont, à un moment ou de manière régulière, pas assez et ceux qui, ponctuellement ou pas, ont trop.

L’enjeu est donc d’utiliser une structure de l’économie sociale et solidaire (ESS), en l’occurrence une association sans but lucratif, pour développer ces espaces de solidarité. Ceux-ci ne pourront être créés que par le partenariat avec des collectivités locales, d’autres acteurs de l’ESS (associations, mutuelles, fondations et coopératives notamment) ou de l’économie traditionnelle, en faisant appel aux dons, au financement participatif, au sponsoring, à des subventions, etc.

Notre objectif est de favoriser un partage alimentaire au moyen d’une plateforme électronique géolocalisée simple, rapide et agréable appelée "HopHopFood". Ouverte à tous les particuliers, elle a été développée et mise à la disposition de HHF pour être agréable et intuitive. Partager devient simple, "cool" et naturel. Elle utilise des icônes et permet de donner une appréciation sur la transaction et les acteurs de l’échange gratuit (le donneur au preneur de nourriture et le contraire aussi). Le lieu et l’heure exacts de l’échange se décident par chat.

Nous pensons qu’il est important d’enraciner notre approche de solidarité en partant des espaces mêmes où cette solidarité est nécessaire. Aussi l'association souhaite identifier, avec de nombreux partenaires, les lieux de vie où les besoins alimentaires, ponctuels ou plus réguliers, sont importants : cités ou résidences pour étudiants, foyers d'accueil pour femmes seules avec enfants, pour jeunes adultes, pour migrants et réfugiés... Ce peut être aussi des endroits de grande mixité sociale comme il y en a beaucoup dans les grandes villes, ou riches et pauvres vivent côte à côte, voir les uns au dessus des autres, sans se parler. Ce peut être également des zones autour de lieux emblématiques de solidarité comme une épicerie solidaire, une coopérative alimentaire, etc. Ces lieux sont nombreux en ville et ils peuvent bénéficier rapidement de la création d'un espace de solidarité alimentaire de très grande proximité.

Ce travail d'identification des lieux, d'explication (pédagogie, communication, accompagnement à l'utilisation de la plateforme...) est important. Ensuite, il faut faire connaître la plateforme aux personnes habitant à proximité qui auront à cœur de partager ce que souvent elles n'ont plus le temps ou l'envie de consommer. Nous faisons le pari que les envies de partage et de solidarité sont nombreux et pourraient déboucher sur des rapprochements de populations qui s’ignorent pour peu qu’un outil numérique de mise en relations par l’alimentation soit disponible.

Nous voulons avoir une présence au sein de ces lieux (2 jours par semaine pendant 1 mois) pour sensibiliser les occupants à l’alimentation et faire connaître HopHopFood. Ensuite (2 jours par semaine pendant 2 mois), nous voulons faire connaître l’application HHF autour de ces lieux de plus grande insécurité alimentaire. Nous pouvons nous appuyer sur les associations constituées (ex. réseau des épiceries solidaires, associations de quartier, lieu d’achats alimentaire où l’on peut penser qu’une prise de conscience de l’ampleur du gâchis est déjà à l’œuvre…).

Au-delà de cet échange et de ce partage C to C, plusieurs interlocuteurs nous ont dit être intéressés par l’utilisation de la plateforme à un usage C to B du type : une résidence ou un foyer organise la collecte journalière de toute la nourriture donnée dans un rayon de 1 km autour du lieu de consommation (en triporteur – électrique - sponsorisé par exemple), avec un frigo partagé dans ce lieu, ou bien la revente dans le cas d’une épicerie solidaire.

De même, on peut imaginer que quelqu’un qui a par exemple un terrain en zone rurale avec des arbres fruitiers puisse utiliser l’application pour indiquer qu’une cueillette est possible dans un lieu donné et ainsi éviter le gâchis de centaines de kilos de fruits.

Enfin, notre dialogue avec l’ANDES et des épiceries solidaires nous a poussé à prévoir une fonction « PUSH » sur la plateforme qui va permettre à une épicerie solidaire (par exemple) de faire un appel à la communauté autour d’elle pour recueillir un type de don alimentaire spécifique (par exemple des fruits et légumes) qui serait récupéré par une tournée ou directement sur le lieu de solidarité.

Comment la plateforme sera déployée

La plateforme sous iOS pour smartphone et tablette Apple est déjà sur l'Apple Store. Elle sera adaptée pour Android et PC dans les semaines qui viennent par l’association, et pourrait être lancée en novembre.  Les premières zones tests de création de solidarité seront à Paris 11 et à Sceaux., à partir de novembre.

Résultats attendus

Grâce à la plate-forme HHF le nombre de tonnes de nourriture sauvées du gaspillage alimentaire peut être important même avec des hypothèses de montée en puissance très conservatrices.

Notre objectif est de favoriser l’échange alimentaire en multipliant les espaces de solidarité, ce qui multipliera les tonnes de nourriture sauvées du gâchis.

Grâce à la plate-forme HHF le nombre de tonnes de nourriture sauvées du gaspillage peut être important même avec des hypothèses de montée en puissance très conservatrices (chacun des 28 millions de foyers gaspille 46 kg/an)

Ø  2018 : si 1 % des foyers utilise HHF et partagent 5 % de la nourriture potentiellement gâchée, on obtient 644 tonnes.

Ø  2019 : si 2 % des foyers utilise HHF et partagent 7 % de la nourriture potentiellement gâchée, on obtient 1803 tonnes.

Ø  2020 : si 3 % des foyers utilise HHF et partagent 10 % de la nourriture potentiellement gâchée, on obtient 3864 tonnes.

En termes d’espaces de solidarité nous espérons toucher :

Ø  2017 : premiers tests à Paris et à Sceaux

Ø  2018 : 10 cités étudiants, 15 foyers (femmes, réfugiés), 20 épiceries solidaires

Ø  2019 : 30 cités étudiants, 40 foyers (femmes, réfugiés), 50 épiceries solidaires

Ø  2020 : 50 cités étudiants, 60 foyers (femmes, réfugiés), 150 épiceries solidaires

What we are looking for

Time

Time

Bénévoles

Networks

Networks

Partenaires pour mettre en place des espaces de solidarité

Financial resources

Financial resources

Argent pour mettre en place des espaces de solidarité

Communication consulting

Communication consulting

Com pour diffuser la plateforme à partir de l'automne 2017

Legal advice

Legal advice

Aspects juridiques sont capitaux dès qu'on touche à l'alimentation

Photo gallery

View all photos

Who am I?

MIZZI

Jean-Claude MIZZI

Cofondateur et trésorier d'HopHopFood

Mettre le digital au service de la création de solidarité alimentaire !

Key stages of HopHopFood : solidarité via le don alimentaire

Création de l'association HopHopFood

Tout a commencé !

01 SEPTEMBER 2017

Création et test de la plateforme électronique

Outil indispensable pour permettre l'échange de nourriture.

15 FEBRUARY 2017
See all the key stages

Propositions

Your browser is out-dated!

Up-date your browser for the best possible display Up-date your browser

×